mardi 8 avril 2014

6/4/14 : RANDO DE PRINTEMPS dans la VALLEE DE LA REMARDE...

 ... du château du PLESSIS-MORNAY au château du MARAIS.

Ente 9h et 9h15 , nous nous retrouvons à 17 sur le parking proche de la sortie Saint-Arnoult de l'autoroute A10  et du château du Plessis-Mornay (commune de Longvilliers).
Une dizaine d'amis étaient venus "faire" enfin la rando à laquelle nous avions dû renoncer à l'automne 2013  en raison d'une pluie battante ; un groupe de professeurs du lycée technique de L'ESSOURIAU aux Ulis, amateurs de randonnées, s'est joint à nous pour la première fois.

Bientôt nous voici réunis devant le portail du château du Plessis-Mornay: un petit temps de commentaire concernant ce  château qui avait appartenu à Philippe du Plessis-Mornay , compagnon d'armes d'Henri IV et théologien protestant , surnommé "le pape des protestants": il avait fait édifier un temple protestant dans sa propriété. Nous étions sur un des sites dont Dominique Cantryn , professeur d'histoire, allait  nous parler l'après midi au cours d'une conférence sur la présence protestante (méconnue) dans la région. Elle a pu prouver par exemple que 40 familles protestantes vivaient dans les hameaux proches du château au XVIIe siècle.

L'actuel château du Plessis-Mornay (document internet)
 

 Puis nous voilà partis sur  le chemin qui prend à gauche du château , surnommé le" chemin des Huguenots" : c'est vraisemblablement par là qu'on venait de Bandeville ou de Saint-Cyr sous Dourdan jusqu'au temple.
 

            L'or du colza illumine la campagne d'avril , malgré le ciel gris.

A l'avant-garde Gilles , Michèle , et Jean-Marie

 
le gros de la troupe : au premier plan : Michèle, Jacqueline, Simone, Hélène. Suivent les Ulissiens et on aperçoit au loin la figure vénérable de Christian, alias Victor Hugo.

 
Le chemin traverse d'abord une campagne découverte : à l'horizon on peut apercevoir l'église de Longvilliers et sur une butte l'hallucinant château du diamantaire Porgès (fin XIXe).*

 
Bientôt nous nous engageons dans un étroit chemin fleuri, bordé d'arbres , dont de vieux châtaigniers greffés d'une taille imposante (une précision de Michel Bobin).

 
Au loin, passage d'un cavalier...


 
Autre rencontre...
 
 
Neige de printemps et neige d'hiver...
 

 
Sous bois printaniers.
 
 
 
Nous rejoignons la route de Saint-Cyr sous Dourdan. En face ,une petite route bordée d'arbres vénérables qui a tout l'air d'une ancienne allée d'honneur de château.

 
Elle mène droit en effet au vaste château Louis XIII de Bandeville *, construit au début du XVIIe pour Thierry Sevin , conseiller au Parlement de Paris , et actuelle propriété (privée) de la famille de Pourtalès. Le parc est accessible au public en août.
 
 
Jouxtant le château, le grand moulin à blé de Bandeville , qui appartenait aussi aux Pourtalès. C'est maintenant une propriété privée. Le bief est toujours là. (Photo prise en été)
 
*Sur le château , voir :


                                               A SAINT-CYR SOUS DOURDAN.


 
Nous admirons le bel ensemble monumental formé par la ferme fortifiée des Tourelles et l'église Saint-Cyr (XIIe-XVIe)

 
Sur ces édifices ,voir:

A gauche de l'église , nous prenons une petite route qui suite le cours de la Rémarde.

 
Arrêt près d'un des nombreux lavoirs qui bordent la rivière.

 
Nous longeons la Remarde en direction du hameau de Lévimpont.
 
 
Nous croisons le moulin de Lévimpont  (XIXe) , de même conception que celui de Bandeville, Il appartenait aussi aux Pourtalès. Le long de la Rémarde, qui coule à proximité de la Beauce, de multiples moulins existaient dès le XVIIe siècle.
 
 
Nous passons devant de beaux jardins enchantés par le printemps.
 

Un très beau lavoir un peu plus loin.

 
Nous allons jusqu'au Moulin bleu, la propriété de Cécile Aubry ,l'auteur du célèbre feuilleton Belle et Sébastien. Son fils Mehdi ( le héros de la série) y habite toujours.
 Sur Cécile Aubry à Saint-Cyr ,voir :
 
 
EN ROUTE POUR LE VAL SAINT-GERMAIN.
 
Depuis Lévimpont , un chemin dans la campagne nous mène au village du Val-Saint-Germain.

 
Bientôt l'église Saint Germain (XIe -XVIe s) se profile.

 
Au delà de l'église nous nous dirigeons vers la fontaine Sainte-Julienne.

 
Protégée par une sorte de niche , la fontaine est surmontée par une statuette de la sainte , objet de nombreux pèlerinages au XIXe siècle ,car on pensait qu'elle guérissait de nombreuses maladies dont la peste et le choléra. Les pèlerins faisaient dont à l'église de "souches" (sorte de chandeliers).Il en reste une centaine dans l'église paraît-il.
 
DU VAL SAINT-GERMAIN AU CHATEAU DU MARAIS.


 
Nous passons devant un nouveau moulin , le moulin de GRANVILLE , toujours de la même conception , qui lui appartenait aux propriétaires du château du Marais. C'est une propriété privée.

 
                                                        Le moulin de GRANVILLE.


 
                    La route débouche sur la belle perspective de la pièce d'eau du château du Marais (fin
                   XVIIIe) , chef d'œuvre du style Louis XVI en architecture.(C'étais plus gris dimanche!)

                    Sur le château du Marais ,voir par exemple :
           www.jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2012/08/les-talleyrand-et-le-chateau-du-marais.html 

REPAS AU CLUB HOUSE DU GOLF DE COURSON 

 
L'ancienne ferme de la Gloriette est devenue le club house du golf.

 
4 tables ont été dressées pour les 24 convives que nous sommes (plusieurs personnes nous ont rejoint au restaurant)
 
                                  
Bernard et Hélène ont fait la  connaissance des Ulissiens qui ont rejoint le groupe pour le repas ,dont Yvonne Marliot, à droite , mère du mari de la fille de notre amie Florence Poirson, par qui le contact avec le groupe des Ulissiens s'est réalisé.

 
Une autre table d'Ulissiens (pardon : je ne connais pas les noms!)

 
D'anciens profs de Charcot-Fresnes et du lycée technique J.Jaurès de Châtenay-Malabry et leur conjoint(e).

 
Table mixte: Simone , du lycée de Châtenay , Michèle Guillaume et son époux, de Gometz-la-Ville, et deux profs des Ulis habitants de Briis-sous-Forges.

 
On voit quand même la tête de l'organisateur...
 
 
CONFERENCE AU CHATEAU DU MARAIS.

 
Beaucoup de monde dans le grand salon neo-classique du château , pour la première fois ouvert au public!
 
 
La conférence commence : Dominique  Cantryn va faire part de ses recherches, qui ont mis en évidence la présence méconnue d'une communauté protestante dans la région.
 
 
Jacqueline (à gauche) , très consciencieuse , a sorti son matériel de prises de notes. 
Au premier plan Michel Bobin , le coordonnateur du groupe des Ulis.
 
 
La conférence commence : à droite , une image de l'entrée du chemin des Huguenots où nous sommes passés le matin.
 
 
MME DE BAGNEUX , notre hôte, écoute Dominique avec recueillement.
 
*On retrouvera les grandes lignes du travail de Dominique sur:
 
  
NB : cliquer sur une photo  pour déclencher le DIAPORAMA


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire