lundi 27 octobre 2014

A la découverte du château de Mauvières , demeure d'enfance de Cyrano de Bergerac , avec Henriette !

Henriette et moi , les régionaux de l'étape , avons profité d'une expo d'art pour aller à la découverte aussi ... du château de Mauvières.

Bergerac... en Yvelines!
Non , le château familial de Cyrano de Bergerac n'était pas en Gascogne , mais ... dans la vallée de l'Yvette , à Saint-Forget, entre Chevreuse et Dampierre ! C'est l'actuel château de Mauvières.
Son grand-père Savinien de Cyrano l'acquiert  en 1582.
Le fief de Mauvières , dont le premier seigneur connu est Bernard de Malverius , mentionné en 1179 , avait par la suite été donné par le duc d'Anjou, frère de Charles V, à Ramond de la Rivière de la Martigue dans la deuxième moitié du XIVe siècle, en remerciement de son aide contre les Anglais pour reprendre Bergerac. Celui-ci donne alors aux prairies voisines de Mauvières le nom de Bergerac.
Les châtelains sont désormais seigneurs de Mauvières et de Bergerac.

 
Le château de Mauvières ,dans la vallée de l'Yvette.

Comment Cyrano devient "de Bergerac"...
Savinien de Cyrano ( le petit-fils, le "modèle" d'Edmond Rostand) a donc passé une partie de son enfance à Mauvières ... et Bergerac.
C'est en 1645 qu'il ajoute ainsi à "Cyrano",son patronyme,  "de Bergerac" - alors même que son père avait revendu leur propriété de la vallée de l'Yvette !
Il s'engagea dans la Compagnie de  Mousquetaires Gascons du Capitaine Carbon de Casteljaloux. Mais il n'était en réalité pas gascon lui-même!
Contemporain de Molière et La Fontaine , Savinien de Cyrano de Bergerac fut aussi écrivain : son livre le plus connu est Histoire comique des Etats et des Empires de la Lune. Edmond Rostand , dans sa fameuse pièce, lui a emprunté certains traits , mais  en a inventé d'autres!

Après être passé entre diverses mains , le domaine échoit à la famille de Bryas au XXe siècle. Il appartient actuellement à Etienne de Bryas et son épouse.
Le château organise des réceptions pour des événements familiaux ou professionnels et propose des chambres d'hôtes.
De temps à autre , y sont organisées des expositions artistiques , ce qui permet aussi au public de découvrir ce beau domaine.

                         LA VISITE DU DOMAINE EN IMAGES :


 Une maison seigneuriale existait à l'origine. Le château actuel date du règne de Louis XV (1705-1725).
 
Nous nous dirigeons vers le château...

 
         Le château , façade sud. Il est flanqué de belles dépendances , dont on voit l'amorce à droite..

 
L'entrée principale du château , côté sud.

                            
 Une des pièces du château , ici lors d'une exposition de sculptures. Belles pièces aux boiseries peintes.

 
Entrons dans ce qui devait être la cour de la ferme attenante au château.

 
Un lieu plein de charme;

          
  Une très belle cour. La ferme avait son colombier, incorporé aux communs. Ceux-ci comportaient des étables, des greniers à grain et à foin , et des granges chaumières où étaient remisés les véhicules. Henriette est fascinée par deux dames en grillage , œuvres d'un artiste exposant.

 
                            Ces lucarnes donnaient autrefois accès aux greniers à grain ou à foin.

 
Les communs servent de lieu de réception ou d'exposition ,ou ont été transformés en habitations.


                                           Un très beau pavillon prolonge le château à angle droit.

 
La chapelle.
 
 
        Un chemin pavé nous conduit vers d'autres bâtiments situés en contrebas.
 
 
Ici d'autres bâtiments anciens réaménagés ou plus récents.
 

                                         Au bord de l'Yvette , peut-être un ancien moulin?

 
Cascade et retenue d'eau ici .
 
 
Le pavillon du bord de l'Yvette vu du pont en bois.
 

                                           
                                                               L'Yvette à Mauvières.

 
L'Yvette dans les couleurs de l'automne.
 
A TRAVERS LE PARC - Images d'automne.
 
 

                                                              Sous les branchages ...

 
Petite promenade dans le parc...

                                   
                                                                Image d'automne.


                                                                  Image d'automne 2 .


                                           Sous les branchages , un beau tapis de cyclamens...


                                         Henriette est visiblement enchantée par cette vision.

 
                                              TAPIS DE CYCLAMENS ( vu de plus près).

vendredi 17 octobre 2014

11/10/14 : De Boissy sous Saint-Yon à Saint Sulpice de Favières : la sortie du 5e anniversaire.

                                                                5 ans déjà !

5 ans déjà , chers amis , que nous parcourons le Hurepoix ensemble , pour en découvrir les beautés parfois méconnues!
C'est en effet en octobre 2009 que nous nous sommes retrouvés pour la première fois à cet effet : depuis Chevreuse ,via le château de la Madeleine , nous avons pris ensemble le chemin Jean Racine jusqu'à l'abbaye de Port-Royal des Champs, ce chemin que le futur auteur d'Andromaque , lors de séjours à Chevreuse, empruntait pour aller rendre visite à ses anciens maîtres de Port-Royal.
Depuis nous avons parcouru bien d'autres chemins, nous avons fait bien d'autres découvertes, tant la région réserve de possibilités.
Tout le monde n'était pas toujours là , certains sont arrivés plus tard. Mais le groupe répond toujours présent. C'est super!
Une de mes grandes satisfactions est de vous avoir fait bénéficier de l'accès à certains sites dont ma fonction de journaliste avait pu m'ouvrir les portes , comme l'église orthodoxe de Limours , l'abbaye de Vauhallan, le domaine du Marais, ou encore celui de Baville - grand souvenir!

Le 11 octobre 2014 , nous sommes allés pour la 1ère fois à la découverte de la vallée de la Renarde , de Boissy sous Saint-Yon à Saint Sulpice de Favières en passant par Saint-Yon. Et à Saint-Sulpice, ce fut la passionnante découverte , grâce à Mme Dautez, notre guide, un vrai puits de science, de l'arboretum du parc du château de Segrez.


 * LA RANDO DU MATIN : BOISSY SOUS SAINT-YON - SAINT-YON - SAINT SULPICE DE FAVIERES :

                                       
                           Le groupe du matin devant l'église de Saint-Yon (19 participants).
. La bande à Jaja: de g à dr : Norbert (1er), Jaja (5e) , Régine (6e), Marcelle (7e) , Michèle (11e).
. Nicole et ses amis : Nicole (9e) - ancienne du collège Charcot -Fresnes ; Gérard son mari (17e) ; Arlette (elle prend la photo) et son mari Jean-Marc : tiens, où est-il?
. Les anciens de Jean-Jaurès à Châtenay-Malabry et leurs conjoints:
Florence (3e) et son mari Claude (12e) ; Michèle (4e) , nouvelle retraitée, qui était de la 1e sortie en 2009 et nous rejoint après 5 ans!; Jeanine (14e) , son mari Serge (9e) et son chien randonneur Milou ; Jacqueline (14e) et son mari Guy (2e) .Marie-Claude (16e).
. Une gifette (ancienne du lycée de Gif) : Danielle (13e).
. Et le GO : JM (8e).

                                             LA VISITE DE BOISSY SOUS SAINT-YON .

Nous avons découvert la ferme des Tourelles (XVIe), fief des seigneurs de Boissy , la pimpante mairie de 1857 dominée par son clocheton, l'église Saint-Thomas de Canterbury, plusieurs châteaux , dont le manoir de la Courbette (XVIIIe).

 
La ferme des Tourelles (XVIe s).
 
Découverte du manoir de la Courbette (XVIIIe s) , auj centre hippique.(Photo : Danielle de Gif).
 
Pour plus d'images et d'infos on se reportera à notre article:
http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2014/09/la-vallee-de-la-renarde-pied-boissy.html

                      DE BOISSY SOUS SAINT-YON à SAINT-SULPICE DE FAVIERES :

 
Nous quittons Boissy sous Saint-Yon pour gagner Saint-Yon  par un chemin de randonnée , à travers la campagne.

 
Les conditions météo sont à ce moment incertaines... 

 
Nous traversons un plateau  , entre des champs labourés.


  A l'horizon , nous apercevons la butte boisée au sommet de laquelle à l'origine avait été installé le village de Saint-Yon .Son église s'y trouve toujours. Nous allons donc gagner à travers bois le sommet de la butte.
 
Su notre droite , nous distinguons les abords de la ferme de la Madeleine ,une ancienne léproserie.
Le ciel à présent semble s'éclaircir.
 

Voici une image de la ferme de la Madeleine, avec ses quatre beaux pavillons du XVIIe s, que nous n'avons pas pu approcher faute de temps...

 
Après avoir croisé la route de Boissy à Saint-Yon , nous empruntons le chemin de la Procession. Florence aussitôt se recueille...
 
Au loin , on distingue les silhouettes de cavaliers...
 
 
Milou , qui suit de près l'avant-garde , semble s'impatienter du retard du peloton :
- ALORS , C'EST POUR AUJOURD'HUI OU POUR DEMAIN?
 
 
Nous grimpons dans le bois jusqu'au sommet de la butte de Saint-Yon .
Tiens , voilà Arlette et Jean-Marc , les amis de Nicole !
  
 
Sur la butte , nous passons devant une ancienne maison rurale restaurée , devenue maison de week-end... Elle a du charme.
 
 
 
Première vision de la charmante église , construite au sommet de la butte , à l'endroit où Saint-Yon aurait été enterré après avoir été décapité par les romains...
 
                                                
                                    Nous remarquons aussi un mystérieux château tout blanc


 Une autre belle vue de l'église. L'église d'origine, du XIIe , a été détruite lors de la guerre de cent ans. Il n'en reste que le portail. Elle a été reconstruite au XVIIe siècle et fortement remaniée au XIXe.

 
La porte Bourdeau est tout ce qui reste de l'enceinte qui faisait de Saint Yon une place-forte destinée à résister aux Normands . Il s'y trouvait vraisemblablement une forteresse , celle des Seigneurs de Saint-Yon aux XIIIe-XIVes. En 1388 , St Yon appartient à  Jean de Montagu, seigneur de Marcoussis ; il passe par héritages successifs à Louis Malet de Graville, amiral de France, en 1472 , à Louis de Graville  et aux Balzac d'Entrague ;  en 1660, Saint-Yon entre dans le marquisat de Baville, érigé pour Guillaume de Lamoignon.
 
 
Autour du GO ...

 
Nous redescendons à travers bois en direction de Saint-Sulpice de Favières.

 
Moment délicat : Milou le hargneux allait-il déclencher une rixe avec ces beaux chiens?

 
Les randonneurs approchent de Saint-Sulpice.
 
 
 La silhouette de l'église du XIIIe voulue par Saint-Louis , de style gothique rayonnant, se dessine à l'extrémité du chemin...
 
 
Ma petite Jaja et moi, des amis de  35 ans  (photo de Régine).
 
A SAINT-SULPICE DE FAVIERES :
 
 
Nous découvrons l'église Saint-Sulpice (XIIIe siècle), voulue par Saint-Louis : la façade date de 1300.
Le portail sculpté présente une représentation du jugement dernier ,très abîmée.
La statue de Saint-Sulpice (décapitée à la Révolution) a été replacée sur le pilier du porche.
 
 
Vue intérieure de l'église,  de style gothique rayonnant. Elle a succédé à plusieurs autres églises qui contenaient déjà les reliques de Saint Sulpice , dont la chapelle des Miracles (1175). On peut accéder à ce qu'il en reste par le collatéral gauche.


                                      Les pèlerins venaient de loin pour honorer Saint-Sulpice.
      Les nombreuses verrières , dont plusieurs du XIII e siècle, créent une grande clarté intérieure.

 
Le plafond s'est écroulé au XVIIe. Guillaume de Lamoignon, seigneur de Baville et le maître de la région à l'époque , a fait placer un plafond en bois.

 
Beauté du gothique rayonnant.
 
 
Détail du vitrail du collatéral droit (XIIIe s) : la circoncision.
 
 
Une autre vue d'ensemble.
 
 
Nous avons ensuite déjeûné au restaurant Saint-Louis , à droite de l'église.
 VOIR PLUS LOIN.
 
 
LA VISITE DE L'ARBORETUM du château de SEGREZ :
(11/10/14)
Une visite lumineuse...
 
 
14h : Après un agréable déjeûner , nous nous retrouvons autour de Mme Dautez , un vrai puits de science en matière de botanique.
Elle nous a présenté l'arboretum , élaboré au XIXe par le botaniste Alphonse Lavallée , et qui comporte encore aujourd'hui 650 espèces d'arbres.
( Pour plus de détails et d'images concernant l'arboretum et ses variétés diverses , voir notre article sur : http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2014/08/larboretum-du-chateau-de-segrez-saint.html )
 
 
Notre amie Dominique (au centre), une chatenaysienne, nous a rejoints.
 
                          
                                                        Tout le monde a l'air passionné!

 
Devant le hêtre pleureur.

 
Le noyer ailé du Texas semble fasciner tout le monde, avec ses 40 m de haut , ses 170 ans , et ses guirlandes qui pendent.

 
Ca marche, la photo!

 
Les liquidambars, qui commencent à s'empourprer, attirent l'attention.
 
 
Notre gifette Danielle est fort intéressée par le chêne à feuilles de châtaignier.
 
 
Nous commençons à comprendre que notre guide, Mme Dautet, ne se sent pas très bien, quand elle s'assoit pour commenter ; elle a contracté une forte fièvre mais a à cœur de mener à bien la visite...
 

                                               EH ! IL Y EN A UNE QUI NE SUIT PAS !

 
Un p'tit coup de pompe Dominique? Ou un p'tit bain de soleil? Ah ces gens du sud!

 
Découverte d'un poivrier.
 

                                             Spectaculaires contorsions du hêtre tortueux...

 
                                                                   On ne s'en lasse pas...

 
Danielle est fascinée...

 
Perspective lumineuse (arbres de Judée et touche rouge du prunier).
 
 
Mais qué qui fait sous le prunier? Qué qui fait?


                                     Le cyprès chauve met un peu de couleur dans le tableau.

 
Fruit du cyprès chauve (photo de Régine).

 
Nous passons par le pont Marcel Proust , ainsi nommé en l'honneur de l'unique visite qu'a effectuée l'écrivain à Segrez ; son asthme était incompatible avec l'humidité ambiante, mais il a fort apprécié les lieux.

 
Reflet des arbres dans le canal.

 
Où vont-ils de ce pas décidé ?

 
                                        L'arbre au caramel nous attire comme des mouches!


Nous voilà tous agglutinés sous l'arbre ,dont les feuilles , frottées , dégagent un parfum de caramel ,d'où son nom.

 
Un petit temps de pause et la belle lumière incitent à réaliser quelques portraits d'amis :
Claude en pleine méditation.


                                                  Dames dans la verdure déjà automnale...

 
Et un portrait de Michèle , qui nous a fait le grand plaisir d'être des nôtres de nouveau.
 
 
Guy a eu à peu près la même idée que moi (photo de Guy).
                                                     

                                            Un beau chef d'Empereur romain, celui de Serge!

 
La grotte artificielle créée au moment de la transformation des lieux en parc à l'anglaise par Lavallée.


                                                               Du côté du château...




                               De ce côté , une vision lumineuse , quasi paradisiaque ,du parc.

 
Le château , façade sud , à deux niveaux seulement .
  

Devant la façade nord  ( à 3 niveaux de ce côté) du château , construit au XVIIIe siècle par le fermier général André Haudry de Soucy. Il loua le château au marquis d'Argenson , ministre des relations extérieures de Louis XV , qui y mourut.
(Pour plus de détails sur l'histoire du château et du parc , voir notre article: http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2014/08/les-jolis-chateaux-de-lessonne-le.html )


Le groupe de l'après midi (nous étions 20):
On aperçoit Michèle , de Gometz-la-Ville (16e en partant de la gauche) et  son mari (18e ,derrière Michèle de Châtenay) : ils nous ont rejoints l'après midi, comme Dominique (19e). Quelques autres personnes en visite se sont mêlées au groupe. Janine et Norbert , n'ayant pu rester , sont revenus le samedi 18 octobre. Au centre, Mme Dautet, notre guide, n'était pas dans sa meilleure forme...
 
 
C'est fini , nous prenons le chemin du retour.

 
Nous retraversons le beau parc lumineux en direction de la sortie.
 
 
REPAS AU  RESTAURANT SAINT-LOUIS (flash back) :
 
 
Le restaurant SAINT-LOUIS près de l'église de Saint-Sulpice.(Jaja).
 
 

 
Trois joyeuses tablées... (photos: Régine).
 



 
 ET ON A FETE LE 5e ANNIVERSAIRE de NOS RANDONNEES bien sûr!!
 
PHOTOS DU RESTAURANT : JAJA. 
 
Samedi 18 octobre , quelques amis non disponibles le 11 , ont découvert à leur tour le parc , dont les couleurs s'étaient accentuées.
Voir :