lundi 5 février 2018

8 ANNEES DE VISITES ET RANDONNEES EN HUREPOIX et parfois ailleurs: l'année 2011.

     
       Comment est né le Hurepoix's band (alias le groupe "les visiteurs du Hurepoix"): 

2009 :
l'année de la retraite pour votre serviteur. Je peux enfin lever les yeux de dessus mes astreignantes copies de prof de français, et regarder le monde autour de moi. Mieux encore, je décide d'en fixer les beautés: d'où la photographie. Mieux encore, je décide d'aller à la découverte de ce monde proche: le Hurepoix. Mon médecin m'a d'ailleurs conseillé de marcher, donc je randonne.

Et ces découvertes superbes que je fais, j'ai eu très vite envie de les partager . Avec qui? Avec des amis personnels , mais aussi avec certains collègues des établissements où j'étais passé avec qui j'avais gardé quelques liens. Avec l'idée qu'en partageant ensemble de nouvelles expériences, cela ferait vivre notre relation.

Mes anciens collègues du lycée Jean-Jaurès de Châtenay-Malabry forment, avec certains amis personnels, le socle principal de ce sympathique groupe. Au fil  de mes 14 ans d'enseignement dans cet établissement, des liens s'étaient donc créés, notamment  avec les collègues que j'emmenais avec moi lors de voyages scolaires à l'étranger pour m'aider à encadrer les jeunes troupes. Et puis il y avait mes collègues de français: on s'entendait plutôt bien, on se voyait de temps en temps en dehors du lycée. A Jean Jaurès, il y avait aussi une Amicale active, on partageait des moments festifs . Je m'étais chargé de rédiger la gazette des profs, "J'Y SUIS JAURES"...Tout cela crée des liens, je vous dis!
Une motivation de certains de ces participants, qui se connaissaient, était évidemment que mes propositions de sortie communes leur donnaient une occasion de se revoir, de vivre de nouveaux moments ensemble.

A ce socle se sont ajoutés quelques collègues de mon dernier lycée, situé dans la Vallée de Chevreuse, avec qui j'avais sympathisé .
Ensuite, des amis d'amis rallièrent le groupe,  ou  de nouvelles connaissances faites à l'occasion de mes reportages pour Le Républicain de l'Essonne, dont j'étais correspondant, une de mes nouvelles activités de retraité.
Ajoutons à cela des participations épisodiques diverses dont je reparlerai.

Certains sont très assidus, d'autres se sont éloignés pour des raisons diverses: mais le socle est resté plutôt solide jusqu'ici. Chacun participe en fonction de ses disponibilités. La 9 e année de nos sorties et randonnées commence, ce n'est pas rien!
                                                                                                                                       JMS
A revoir: les années 2009  et 2010: https://jmsattonosrandonnees.blogspot.com/2018/02/8-annees-de-visites-et-randonnees-en.html

                                              * L'ANNEE 2011:
6 balades dont 5 différentes vont amener les participants à mieux connaître le Hurepoix , sa campagne, et quelques uns de ses châteaux. Nous fonctionnons toujours cette année là en petits groupes amicaux, en fonction des disponibilités de chacun.

                                                      * 2O MARS 2011:
          *1e BALADE : VALLEE DE LA REMARDE, DE LA FERME DES TOURELLES ( à ST CYR SOUS DOURDAN) AU CHATEAU DU MARAIS :
La sortie, ce dimanche 20 mars, commence par un agréable repas dans une fabuleuse ferme fortifiée classée, située à St Cyr sous Dourdan. Après quoi, nous gagnons le château du Marais (XVIIIe s) ,chef d'œuvre du style Louis XVI, et nous visitons son musée et son parc. Dans le petit groupe amical  du jour, nous retrouvons Jean-Marie Fabre et son épouse Michelle (5e participation!), Jeanine Monteil, qui nous fait le plaisir de nous rejoindre pour une 2e balade, de même que Marie Claude Renaldo,  - tous trois anciens profs de maths du lycée J Jaurès à Châtenay; Henriette Carsalade, ancienne collègue de Lettres à Gif sur Yvette, est aussi de balade pour la 2e fois; enfin mes amis Janine et Norbert sont là encore de la partie, pour une 5e découverte, eux aussi, en Hurepoix!


                             Cliquer sur la photo pour l'agrandir.
Devant le portail de la FERME DES TOURELLES.
On reconnaît de g à dr: Jean-Marie et Michelle, Jeanine, Henriette, Marie-Claude, Janine et Norbert.

Quand le GO n'avait pas encore fait son régime.

Château du Marais: devant la perspective de la pièce d'eau.

La visite du parc.
                                 Pour revoir le reportage complet de la journée, cliquer sur: https://jmsattonosrandonnees.blogspot.com/2011/03/vallee-de-la-remarde-de-la-ferme-des.html

                                                         * 10 AVRIL 2011:
* 2e balade: randonnée de Gometz-la-Ville à Janvry, via le château de Saint-Jean de Beauregard.
Cette balade à la découverte du Hurepoix reprenait partiellement celle que nous avions faite en juin 2010 avec quelques amis, mais était plus ambitieuse: au lieu de partir de Janvry pour arriver à Saint-Jean de Beauregard, nous sommes partis de Gometz la Ville et avons gagné Janvry via le château de SJDB. Cette fois, c'était vraiment un petit groupe: nous étions 4! Mes amis Christian et Hélène Dubois me faisaient le plaisir, pour la 2e fois (la 1e fois c'était à Chevreuse en juillet 2009) de participer à une balade. Ils ont pu faire la connaissance d'Henriette, dont c'était la 3e participation. Henriette devenait une fidèle de nos balades, d'autant qu'elle avait déjà participé à la sortie de juin 2010!
Henriette, Christian (alias Victor Hugo)  et Hélène à Gometz la Ville.

Henriette pose dans le superbe verger du château.

Dans le bois de Janvry.

A Janvry.

Pour revoir toutes les images de la balade, cliquer sur:
https://jmsattonosrandonnees.blogspot.com/2011/04/10-avril-2011-rando-de-gometz-la-ville.html

                                                             *29 MAI 2011:
*3e balade: de Vaugrigneuse à Saint-Maurice Montcouronne via le château de Courson.
Nous continuons à découvrir le Hurepoix, et particulièrement le "pays de Limours". Christian et Hélène sont de nouveau de la partie, en compagnie cette fois de Janine et Norbert, de Jean-Marie et Michelle, et de Bénédicte Monnier, ancienne collègue de Lettres de Châtenay, dont c'est la 1e participation cette année . Elle avait en revanche participé à 2 balades en 2010. Cette rando plutôt ambitieuse, et peut-être un peu longue, s'est déroulée par un temps splendide.

LE GROUPE:

Devant la jolie mairie de Courson-Monteloup:
Christian, Hélène, Michelle, Jean-Marie, Norbert, Bénédicte, Janine.


Et JM.

Pique-nique à Vaugrigneuse.

Dans la chapelle du château de Courson.

Discussion pendant la visite du parc.

Fin de parcours à Saint-Maurice Montcouronne.

Pour revoir toutes les images de la balade, cliquer sur:

*5 JUIN 2011:
*4e balade: De la ferme des Tourelles (à Saint-Cyr sous Dourdan) au château du Marais (2e édition).
J'ai eu envie de reproposer cette sortie dans des lieux prestigieux, réalisée en mars avec d'autres amis. Cette fois, ce sont mes anciennes collègues de français de Châtenay-Malabry et leurs époux que j'ai mobilisés. Dominique Michel et son mari Jacques étaient déjà venus à Chevreuse et à Saint-Jean de Beauregard en 2010, Florence et Claude Poirson aux Vaux de Cernay en mars 2010; Hélène et Bernard Cocton participaient pour la 2e fois (ils étaient venus à Chevreuse l'année précédente). Comme en mars, nous déjeunâmes à la ferme des Tourelles, avant de gagner le château du Marais, où une visite guidée du parc était organisée.

Dominique et Jacques à la ferme des Tourelles (cliquer sur l'image).

Le château du Marais.

Visite guidée dans le parc.
De dos: Florence et Hélène.

Claude et Jacques discutent.

Jacques et Florence
du côté de la cressonnière.

Pour revoir toutes les images de la balade, cliquer sur:

* 19 JUILLET 2011:
* 5e balade: les parapluies de DAMPIERRE.
C'est en très petit comité que nous nous retrouvons Jean-Marie, Michelle, Henriette et moi pour une visite -sous la pluie- du château et du parc de DAMPIERRE, un des joyaux de la vallée de Chevreuse. De la pluie, nous nous sommes accommodés, et la visite a été agréable. En juillet, beaucoup sont partis en vacances ....




Avec Henriette et Michelle.




Joyeux sous la pluie.



Henriette au parapluie.

Vue arrière du château.

Pour voir toutes les très belles images de la balade, cliquer sur:

* 16 OCTOBRE 2011:
* 6e balade: de la ferme du Bout des Prés (à Cernay la Ville) au château de Breteuil:
Je retrouve pour cette sortie Jean-Marie et Michelle Fabre, Henriette, et Bénédicte qui a amené sa fille Bérénice. Nous dînons dans cette originale ferme, qui est aussi un restaurant où l'on fait rôtir le cochon, avant d'aller visiter le parc du château de Breteuil, autre joyau de la région.

Le repas à la ferme du Bout des Prés.
Henriette, Michelle, Jean-Marie, Bénédicte, Bérénice.

Le château.

Dans les jardins.

Visite du parc.
Pour voir toutes les très belles images de la balade, cliquer sur:
https://jmsattonosrandonnees.blogspot.com/2011/10/de-la-ferme-du-bout-des-pres-cernay-la.html

COMMENTAIRE:
Ainsi , cette année 2011, les visites à la découverte du Hurepoix et de ses trésors se sont encore faites par petits groupes amicaux de 4 à 8 personnes. Qu'en serait-il en 2012?
Jean-Marie et Michelle, Janine et Norbert, Henriette, Bénédicte sont plutôt cette année là les piliers du groupe... Notons deux belles participations d'Hélène et Christian Dubois , et le groupe des profs de français de Châtenay a répondu présent aussi une 2e année.
Entre randonnées, et visites de parcs de châteaux, la marche à pied domine pour l'instant dans nos sorties.

                                                                                  A SUIVRE....

dimanche 4 février 2018

2009-2017: 8 ANNEES DE VISITES ET RANDONNEES EN HUREPOIX et parfois ailleurs.

        
       Comment est né le Hurepoix's band (alias le groupe "les visiteurs du Hurepoix"): 

2009 :
l'année de la retraite pour votre serviteur. Je peux enfin lever les yeux de dessus mes astreignantes copies de prof de français, et regarder le monde autour de moi. Mieux encore, je décide d'en fixer les beautés: d'où la photographie. Mieux encore, je décide d'aller à la découverte de ce monde proche: le Hurepoix. Mon médecin m'a d'ailleurs conseillé de marcher, donc je randonne.

Et ces découvertes superbes que je fais, j'ai eu très vite envie de les partager . Avec qui? Avec des amis personnels , mais aussi avec certains collègues des établissements où j'étais passé avec qui j'avais gardé quelques liens. Avec l'idée qu'en partageant ensemble de nouvelles expériences, cela ferait vivre notre relation.

Mes anciens collègues du lycée Jean-Jaurès de Châtenay-Malabry forment, avec certains amis personnels, le socle principal de ce sympathique groupe. Au fil  de mes 14 ans d'enseignement dans cet établissement, des liens s'étaient donc créés, notamment  avec les collègues que j'emmenais avec moi lors de voyages scolaires à l'étranger pour m'aider à encadrer les jeunes troupes. Et puis il y avait mes collègues de français: on s'entendait plutôt bien, on se voyait de temps en temps en dehors du lycée. A Jean Jaurès, il y avait aussi une Amicale active, on partageait des moments festifs . Je m'étais chargé de rédiger la gazette des profs, "J'Y SUIS JAURES"...Tout cela crée des liens, je vous dis!
Une motivation de certains de ces participants, qui se connaissaient, était évidemment que mes propositions de sortie communes leur donnaient une occasion de se revoir, de vivre de nouveaux moments ensemble.

A ce socle se sont ajoutés quelques collègues de mon dernier lycée, situé dans la Vallée de Chevreuse, avec qui j'avais sympathisé .
Ensuite, des amis d'amis rallièrent le groupe,  ou  de nouvelles connaissances faites à l'occasion de mes reportages pour Le Républicain de l'Essonne, dont j'étais correspondant, une de mes nouvelles activités de retraité.
Ajoutons à cela des participations épisodiques diverses dont je reparlerai.

Certains sont très assidus, d'autres se sont éloignés pour des raisons diverses: mais le socle est resté plutôt solide jusqu'ici. Chacun participe en fonction de ses disponibilités. La 9 e année de nos sorties et randonnées commence, ce n'est pas rien!
                                                                                                                                       JMS

                                          *LES ANNEES 2009- 2010:

 * LA PREMIERE SORTIE:
 UNE RANDONNEE SUR LE CHEMIN JEAN RACINE, DE CHEVREUSE A L'ABBAYE DE  PORT ROYAL DES CHAMPS (2009 -2010) :

J'avais bien sûr exploré déjà plusieurs fois ce chemin, et les sites qu'il reliait: Chevreuse, le château-fort de la Madeleine, le petit cimetière de Saint-Lambert des Bois, le site de Port Royal des Champs, les Granges de Port Royal et leur musée, et même l'église de Magny les Hameaux ont sont recueillis des éléments venus de l'ancienne abbaye.

                                                             *  JUILLET 2009:
                                                         
Quelques anciens de Jean Jaurès à Châtenay, qui m'avaient  aidé à la réalisation de voyages scolaires à l'étranger, furent de la première sortie: deux profs de maths, Jeanine Monteil et Jean-Marie Fabre, venu avec son épouse Michelle, et Michelle Prenant (historienne), Monique Villain (prof de physique au tempérament de poète!). Un couple d'amis, Hélène et Christian Dubois , étaient aussi de la partie. Hélène avait participé à un voyage en Sicile, et connaissait mes collègues .J'ai connu Christian  dans les années 80 au collège Charcot de Fresnes, où il était prof de maths.


     JUILLET 2009: pique-nique au parc des Petits Ponts à Chevreuse lors de  la première rando.
 De g à dr: Christian Dubois, Michelle et Jean-Marie Fabre, Jeanine Monteil, Hélène Dubois,      Monique Villain, Michèle Prenant.

Pour revoir toutes les images de la balade, cliquer sur: https://jmsattonosrandonnees.blogspot.com/2018/01/sur-le-chemin-jean-racine-de-chevreuse.html

                                                       * 18 OCTOBRE 2009:


Je retrouve le chemin Jean Racine avec Janine Esquirol et Norbert Garcia, de très anciens amis (j'ai connu Janine en 1978, nous animions des clubs théâtre dans nos établissements respectifs à Chevilly-Larue) ainsi que Micheline et Jacques Vuillermet, anciens collègues du lycée Jean Jaurès de Châtenay, avec qui j'avais partagé une expérience d'échange scolaire avec la Catalogne notamment.



                                 De g à dr: Norbert, Janine, Michelle et Jacques Vuillermet.

* 25 AVRIL 2010:

Je propose la même découverte à Dominique Michel, ancienne collègue de Lettres au lycée Jean Jaurès de Châtenay-Malabry, et à son mari Jacques, ainsi qu'à Henriette Carsalade, ancienne collègue de Lettres aussi mais au lycée de la Vallée de Chevreuse à Gif sur Yvette, qui nous rejoint. Nous n'avons pas fait tout le chemin à pied: nous nous sommes déplacés en voiture d'une étape à l'autre.

Dans le verger des Granges de Port - Royal avec Dominique et Henriette.

Jacques et en arrière plan le site de Port Royal

    * 20 JUIN 2010 :
Retour sur les lieux avec Bernard et Hélène Cocton, ainsi que Bénédicte Monnier. Hélène et Bénédicte sont d'anciennes collègues de Lettres du lycée Jean Jaurès de Châtenay-Malabry. Nous  avons visité Chevreuse, puis avons gagné là encore en voiture le château de la Madeleine, le cimetière de Saint-Lambert, puis le site de Port Royal.


De g à dr: Bernard, Bénédicte et Hélène.

*ANNEE 2010 (suite):

. 2e balade: une randonnée dans les Vaux de Cernay
.28 mars 2010:
Je retrouve pour une 2e balade Jean-Marie et Michelle Fabre. Jean Marie a fait venir un de ses fils. C'est la 1e participation de Bénédicte à une sortie (elle viendra ensuite en juin à Chevreuse), elle a amené sa soeur avec elle. Florence Poirson, ancienne collègue de français à Châtenay-Malabry, et Claude, son mari, nous rejoignent aussi  pour la 1e fois . Le temps est maussade, et la balade qui nous amènera, en suivant le rû, jusqu'au site de l'abbaye des Vaux de Cernay, se terminera sous la pluie.

De g à dr: Jean-Marie, la sœur de Bénédicte, Michelle, le fils de Jean-Marie, Florence (cachée par les branchages) et Bénédicte.

Florence assise au bord de la fontaine saint Thibault, dans le site de l'abbaye.

Autour d'une vieille charrue. Claude est au fond, en rouge.

 . 28 avril 2010:
Je retrouve aux Vaux de Cernay l'équipe du 18 octobre 2009: Janine et Norbert , ainsi que Micheline et Jacques Vuillermet. Ils se connaissaient pour avoir participé à un voyage scolaire en Catalogne. S'y ajoute Christian Coullaud, qui fut mon principal adjoint au collège Charcot de Fresnes, et que j'ai retrouvé comme principal au collège Alain-Fournier d'Orsay en 1988-89. Il était comme moi adepte des voyages scolaires et avait participé à ceux que j'avais organisés dans son établissement, et qu'il avait encouragés. Ne s'étant pas assez alimenté ce jour là, il a eu un malaise, et cela l'a sans doute découragé de participer désormais à nos randonnées. Il attendra 2018 pour prendre part  de nouveau à une de nos sorties. Ce sera aussi la dernière participation de Micheline et Jacques à nos sorties. Ils déménageront bientôt en Savoie, et ne donneront plus de nouvelles. Dommage.

En rando dans les Vaux: de g à dr: Janine, Christian, Micheline, Jacques et Norbert.

Christian et Micheline en nouveaux moines, dans les stalles de la Salle des Moines.


. 3e balade:  à travers champs et bois, de Janvry à Saint-Jean de Beauregard ( 13 juin 2010):
Janine et Norbert, Jean-Marie et Michelle participent à leur 3e balade. Henriette en est aussi, pour sa 2e participation. Dominique et Jacques de même, mais ils nous ont attendus en route au château de Saint-Jean de Beauregard.

Henriette, Janine, JM, Michelle, Norbert devant le château.

Dominique nous a rejoint au château.

Devant l'étang de la ferme de Grivery. Jean-Marie et Michelle à droite.


. 4e balade: visite du parc du château de Courances (octobre 2010):
Une petite incursion en Gâtinais avec cette balade où je retrouve Janine et Norbert, Jean-Marie et Michelle (4e participation), ainsi que Bénédicte pour la 3e fois. Un premier petit groupe amical fidèle s'est donc déjà constitué  en 2009-2010.

Janine prend la photo.

Pour revoir toutes les images de la balade, cliquer sur:

.5e balade: visite de l'arboretum de Châtenay-Malabry (26 octobre 2010).

Je découvre ce magnifique arboretum sur la proposition de mes anciennes collègues de Châtenay Michèle Prenant et Monique Villain, que je retrouve un an et demi après à cette occasion. Marie-Claude Renaldo, ancienne collègue de maths du lycée, est aussi de la partie. Toutes trois étaient des piliers de l'Amicale des profs à Jean Jaurès.

De g à dr: Marie-Claude, Michéle, Monique.

COMMENTAIRE: après deux sorties amicales en 2009, le rythme s'est accéléré en 2010: pas moins de 7 balades avec des petits groupes amicaux variés (1 en mars, 2 en avril, 2 en juin, 2 en octobre), mais seulement 5 balades différentes sur les 2 années. J'ai plaisir à refaire certains parcours avec de nouveaux amis.

A VOIR: l'évolution du groupe dans l'année 2011:
Cliquer sur:







3/2/18: VISITE DU MUSEE DU HUREPOIX A PALAISEAU: UNE SAISISSANTE REMONTEE DANS LE TEMPS.

La première  de nos  "visites et randonnées en Hurepoix  et parfois ailleurs "de 2018  s'est déroulée au musée du Hurepoix à Palaiseau.
Nous étions finalement 18 au rendez-vous samedi 3 février pour cette nouvelle découverte.
Etaient présents les anciens de Jean-Jaurès à Châtenay Malabry que sont Jeanine (ancienne collègue de maths), les anciennes collègues de français Florence , Dominique -ces dernières venues avec leurs époux- et Bénédicte; Simone (ancienne prof de physique il me semble), venue elle avec ses amies Josette et Chantal. Jaja était là aussi avec ses copines Marcelle et Michèle (qui avait un gros rhume ; on lui souhaite un prompt rétablissement). Danielle, ancienne collègue de Gif, était de la partie, ainsi qu'Arlette et son mari Jean-Marc, de Bures sur Yvette et Michèle Guillaume, de Gometz la Ville; enfin Christian, mon ancien principal-adjoint à Charcot (Fresnes), puis mon  principal à Orsay nous a fait le plaisir de sa présence.

  De g à dr: Jaja, Dominique, Jeanine, Florence, Jean-Marc et Arlette, Chantal, Marcelle, Simone, Jacques (époux de Dominique), Josette, Claude (époux de Florence), Christian, et Danielle devant l'hôtel Brière (XVIIe) où se trouve le musée.

                                                                 N'oublions pas le GO.

Michèle de Gometz, Michèle (amie de Jaja) et Bénédicte arrivées après la photo ont eu droit à un cliché de rattrapage.

On s'organise.
C'est donc dans un hôtel particulier datant du XVIIe siècle, l'hôtel Brière, que la Société Historique de Palaiseau a créé en 1991 le musée du Hurepoix. A notre arrivée, je propose que nous prenions la photo de groupe devant le musée, car l'usage de l'appareil photo n'est malheureusement pas autorisé à l'intérieur. Ce qui est dommage, car les amis auraient bien gardé un cliché de tels objets qui les avaient ici ou là  interpellés. Finalement, la règle a été un peu assouplie, on nous a autorisé deux ou trois photos, comme souvenirs... Nous avons aussi repris dans cet article quelques vues figurant sur le dépliant du musée, donc publiques. Pour la visite, nous avons été divisés en 3 groupes, guidés chacun par un bénévole de l'association, en raison de l'exigüité des pièces.

L'hôtel Brière, 5 place de la Victoire, où est installé le musée palaisien du Hurepoix. Photo: JMS


Une saisissante plongée dans le Hurepoix de la fin du XIXe siècle.

"Tout ce qui est ici est le fruit de dons" expliquent les guides."Des personnes âgées qui pensaient que certains objets n'intéresseraient pas leurs enfants, et qui nous les ont donnés, pour les sauver de l'oubli". Nous apprenons qu'au début, les objets exposés tenaient dans deux pièces, et qu'au fil du temps et des dons, c'est progressivement deux étages qui vont finir par être occupés par le musée. Et en effet  ce qui frappe, au fur et à mesure de la visite, c'est la richesse, et aussi la qualité, du contenu exposé. On parlerait d'une vraie caverne d'Ali Baba, si ce terme n'impliquait pas une notion de désordre. Or ici, point de désordre: dans chaque pièce au contraire, une ordonnance méticuleuse , les objets étant le plus souvent mis en situation autour d'un mannequin  figurant leur utilisateur d'autrefois. Sont  ainsi figurés  les ateliers des artisans : le bourrelier par exemple, qui prospérait au

L'atelier du bourrelier

temps des voitures à cheval, le vannier, ou encore le fourreur. Tout un monde disparu qui ressurgit! Des métiers féminins sont aussi présentés: celui de la modiste -  jolie  collection de chapeaux à la clé! Ou encore de la laveuse, ou de la "repasseuse de fin"! De même, les lieux de vie des différents milieux sociaux sont reconstitués , la salle à manger des maraîchers, aussi bien que le salon bourgeois. Les us et coutumes du baptême, comme ceux du deuil, sont présentés , et ne sont pas sans surprendre le visiteur! Au fil de la visite, le visiteur qui a atteint un certain âge reconnaît avec émotion ici ou là un objet vu autrefois chez sa grand-mère. On est frappé aussi par la qualité des vêtements d'autrefois, notamment féminins, présentés ici - de ceux qu'on voit sur les vieilles cartes

Partie de jacquet dans le salon bourgeois.

postales , et qu'on découvre "en vrai", ici! Bref, la visite de ce musée est une saisissante remontée dans le temps , une vraie  recherche du temps perdu, celui de  la fin du XIXe siècle en Hurepoix. Et on imagine le travail considérable et minutieux  qu'il a fallu aux bénévoles de l'association pour mettre tout cela en place!
Certains ont aussi appris que George Sand avait vécu un temps à Palaiseau, avec son amant de l'époque. Jaja , dont c'est l'idole, était dans tous ses états. A la sortie du musée , elle n'a pas manqué d'aller photographier la maison de l'écrivaine. Hélas elle n'a pas trouvé, me dit-elle, la dite maison!

De surprise en surprise.
Au fil de la visite, on s'aperçoit vite à quel point la présence d'un guide est précieux, tant il y a à voir dans chaque pièce, pour attirer l'attention du visiteur sur les curiosités les plus intéressantes ou surprenantes. "A Palaiseau, le village était dans la vallée, la vigne sur le coteau, et les céréales sur le plateau", indique notre guide. La présence d'un pressoir de petite taille permet de penser que chaque famille avait quelques vignes autrefois, et fabriquait son vin. Hélas , le phylloxéra est passé par là. "A l'époque, le paysan fabrique, et répare" souligne-t-elle; d'où tout un arsenal d'outils à disposition. C'était bien un autre temps! Dans les fermes, on faisait son beurre soi même, comme l'atteste la présence d'une baratte. Les visiteurs s'interrogent sur l'usage de tel ou tel objet: la tarare, par exemple, permettait de séparer le grain des poussières: "Quand on l'actionnait, les poussières s'envolaient, le grain restait". Savez-vous que pour éteindre un feu commençant dans une grange, on utilisait des

Dans l'atelier de l'imprimeur.
La curiosité du visiteur est sans cesse tenue en éveil.
On reconnaît à droite Dominique, Christian, et Jeanine.

grenades extinctives? "Jetées sur le foyer, elles pouvaient l'éteindre. Elles contenaient deux produits qui, du fait du choc, se mélangeaient provoquant une réaction chimique efficace". Plus loin, on a le plaisir de découvrir une belle maquette de la ferme de La Vauve, typique du Hurepoix, avec son plan quadrangulaire, son logis de ferme, sa mare. Elle a dû cesser récemment son activité, à cause de l'urbanisation accrue du plateau. La curiosité du visiteur est sans cesse en éveil: la chèvre? Qu'est-ce que c'est? "une sorte de cric en bois qui permettait de soulever les charrettes". Savez-vous que les bourreliers fabriquaient aussi les cartables en cuir des écoliers? Plus loin, on s'est extasiés devant la hauteur des échelles destinées à cueillir les fruits dans les arbres "Aujourd'hui, on s'arrange pour que les arbres fruitiers ne soient pas trop hauts, autrefois on les laissait grandir". Au fil de la visite, les surprises de ce genre se multiplient. Devant une vitrine consacrée à la grande guerre, on apprend que dans les tranchées, pour tromper l'ennui, les soldats fabriquaient avec des douilles toutes sortes d'objets, couteaux, vases etc de belle qualité ! Savez-vous que lorsqu'il y avait un puits sous la

                                                             Coiffe de mariage.

Bijouterie de deuil en jais.

maison, on pouvait avoir l'eau courante dans la cuisine, grâce à une pompe à eau? Que dans les salons bourgeois, des objets décoratifs étaient pyrogènes: on pouvait y frotter une allumette? Que les deuils autrefois étaient très longs (18 mois pour les hommes, 16 pour les femmes), et que pour cette raison les dames coquettes se faisaient faire des bijoux  ou des décorations de vêtements en jais, minéral de couleur noire, d'où un  grand développement de cette bijouterie de deuil.
Il y aurait encore beaucoup à dire. Le mieux,  si vous en avez l'occasion, c'est de courir  visiter le musée palaisien du Hurepoix!

Musée du Hurepoix:
5, place de la Victoire. Palaiseau.
Ouvert:
le mardi et le jeudi de 14 à 16h et un dimanche  par mois.
Pour prendre contact avec le musée (visites individuelles ou de groupes):
tél: 0169314570
mail: musee.hurepoix@free.fr