mercredi 16 octobre 2013

Sur les pas de Victor Hugo au château des Roches à Bièvres - Maison littéraire de Victor Hugo. 16/10/13.

Le château des Roches a été construit aux XVIIIe et XIXe siècles .
 
Bertin2.jpg (161043 octets)youngVH.jpg (21730 octets)En 1804 , Louis-François Bertin, directeur du Journal des débats , l'acquiert. De 1815 à 1841 , date de son décès , il y organise un salon littéraire et il y reçoit artistes et écrivains parmi lesquels Victor Hugo . Fréquenteront aussi ce salon : les musiciens Gounod , Berlioz et Liszt ; le peintre Ingres ; et enfin Chateaubriand viendra en voisin depuis la Vallée aux Loups de Chatenay-Malabry. Le site est inscrit aux Monuments historiques depuis 1966. Le château appartient aujourd'hui à  une organisation bouddhiste japonaise , la Sōka Gakkai , et est ouvert à la visite sous le nom de "Maison Littéraire de Victor Hugo".
 
(photos : à gauche Victor Hugo en 1829; à droite : Louis-François Bertin par Ingres)

 Victor Hugo séjournait très souvent au château des Roches . Le poète, sa femme et ses enfants prenaient le coche place des Vosges et descendaient à Sceaux d'où une correspondance les conduisait à Bièvres. Hugo s'isolait pour écrire ou allait se promener dans la vallée de la Bièvre et dans les bois de Verrières. Il y a écrit des poèmes présents dans les recueils: Les Rayons et les Ombres , Les Feuilles d'Automne, et les Chants du Crépuscule.
 
Dans les années  1830 , Hugo venait aux Roches chaque automne : il célèbre ce "paradis" dans certains vers :
 
Oui, c'est bien le vallon, le vallon calme et sombre
Ici, l'été plus frais s'épanouit à l'ombre
Ici durent longtemps les fleurs qui durent peu.
 
Poême :"Bièvre "dans Les Rayons et les Ombres.
 
Il y avait amené aussi Juliette Drouet , qu'il installa bientôt dans une maison isolée du hameau des Metz à Jouy en Josas, à quelques kilomètres. Pendant les séjours familiaux des Hugo aux Roches, ils se retrouvaient dans le bois de l'Homme mort proche , près d'un arbre creux..
 
Magnifiquement rénové intérieurement il y a une vingtaine d'années , le château est devenu un superbe écrin  de la vie et de l'œuvre de Victor Hugo , évoquées à travers de nombreux documents écrits et iconographiques placés dans des vitrines. La visite guidée , tout à fait passionnante , nous fait revivre l'itinéraire intellectuel  d'un homme hors du commun , visionnaire et généreux , et honoré comme tel de son vivant même.  
 
CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR.
 
                               
                                                  La photo souvenir dans un beau décor!

        
De g à dr : Gilles et Jacqueline B., Jeanine, Hélène D., Henriette , Michelle F. , Michelle G.(qui se cache), Florence P., Marie-Claude, Christian D. alias Victor Hugo bis , Jaja , Henri G., Chloé, Jean-Marie F. , Claude P.

 
Merci Chloé d'avoir pris la photo!
 
Le film de la visite :
 
 
Ca a commencé très fort...sous les parapluies.

 
Était heureusement prévue d'abord une visite guidée à l'abri.
 
 
La qualité du décor dans le hall nous a surpris.

 
Début d'une visite guidée passionnante.

 
Bertin L'aîné , directeur du Journal des débats , le propriétaire des Roches.

 
Devant une statue du grand Victor.

 
Magnifique buste de l'auteur des Contemplations.
Photos interdites dans le reste du château.
 
 
En avant pour la visite du parc malgré la pluie.
 
 
Jolie photo d'ambiance de Jaja.

 
La fausse ruine romantique.
 
 
Joli , Jaja !
 

 
La ruine vue de l'étang.
 
 
Une autre jolie photo de Jaja ,très inspirée ...
 
 
Marche dans l'herbe mouillée...
 
 
Paysage romantique un peu brumeux...
 
 
On revoit le château en surplomb.
 
 
UNE PETITE PROLONGATION :
 
Henriette et moi sommes allés ensuite à Jouy en Josas repérer la maison de Juliette Drouet , située au 10 rue Victor Hugo.
 
 
La maison où Juliette attendait Victor. Elle habitait au 1er étage. La maison n'a guère changé paraît-il.
Rahhh ces fils électriques!!!

 
Plaque sur la maison - Des vers extraits de Tristesse d'Olympio.
 
 
Une vue plus sympathique de la maison de ce côté.
 
 
Pour un reportage photos plus complet , par beau temps , de la maison et du parc , voir :
http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2013/10/le-chateau-des-roches-vauboyen-commune_14.html

jeudi 10 octobre 2013

Sur le chemin des Huguenots - 9/10/13. Du château du Plessis-Mornay au Val Saint-Germain.

Mercredi 9 octobre, 14h30 : finalement , nous y voilà sur le chemin des Huguenots! Le but d'abord : faire voir à Janine et Norbert, qui n'avaient pu être là le 29 septembre les sites du château du Plessis-Mornay et de Bandeville.  Jany et Philippe, venus en voisins, en étaient aussi. Ensuite marcher un peu sur ce fameux chemin , en prolongeant jusqu'au Val Saint-Germain. 2 heures de marche , par un temps inégal ( pluies éparses , avait annoncé la météo) mais pas catastrophique.

Un  petit temps de commentaire d'abord devant le portail du château qui avait appartenu à Philippe du Plessis-Mornay , compagnon d'armes d'Henri IV et théologien protestant , surnommé "le pape des protestants": il avait fait édifier un temple protestant dans sa propriété. Puis nous prenons le chemin qui part à gauche du château ,surnommé le" chemin des Huguenots" : c'est vraisemblablement par là qu'on venait de Bandeville ou de Saint-Cyr jusqu'au temple.(1)

                                                 cliquer sur les images pour les agrandir


C'est d'abord un beau chemin qui passe par un paysage ouvert fait de vastes champs.


Des champignons ! Plaisir de découvrir , d'identifier .On aurait pu faire une récolte!


On a vu des traces d'animaux : ici peut-être d'un sabot de chevreuil. On a quand même rencontré un chevreuil, deux lapins, et un faisan sur notre chemin!


Nous croisons un champ de maïs...


Depuis le chemin ,on devine dans la brume l'église de Longvilliers et le château Porgès de Rochefort en Yvelines sur sa butte.

Contemplation du paysage.



                                                  Longvilliers dans la brume :vue rapprochée.


Et en avant sur le chemin , sous la bruine.


Encore quelques couleurs dans le paysage, grâce à ces fleurettes tardives.


Hep ,attendez-moi!


Autres fleurettes et arbre dans la brume.


De plus près.


Des ballots de foin comme abandonnés.


Bientôt le chemin change totalement d'aspect : nous entrons dans un tunnel de verdure.


Après les champignons , les châtaignes : Jany s'en est alourdi les poches.


En voilà! Photo de Jaja.


Dans le chemin.


Vieille souche. Photo de Jaja.


N'oublions pas le G.O. Photo de Jaja.


Autre aspect.


On scrute , on discute... 
Nous allons bientôt traverser la route de Saint-Cyr et nous engager dans celle qui mène au château de Bandeville , bordée de beaux arbres.(2)
                    
                                                       DU COTE DE BANDEVILLE :


Le château de Bandeville (photo août 2013)

Le chemin qui monte face au château nous permet de le voir un peu, malgré les épaisses haies qui dissimulent sa base. Construit en 1622 dans le style Louis XIII, pour Thierry Sevin, conseiller au Parlement de Paris, il appartient depuis 1806 à la famille de Pourtalès.


Photo souvenir devant le beau moulin de Bandeville , aujourd'hui maison privée.



Le grand en plus. Photo de Jaja.


Allez, une petite dernière avec Jaja.


Les amis ont l'air intrigués par le vieux puits.


Nous n'avons pas cette fois visité le parc du château , mais cette belle photo de Jany prise le 29/9 nous en donne une idée.



On est allés jeter un coup d'œil à l'ancienne ferme du château : une ferme existe toujours, d'autres bâtiments sont transformés en maisons d'habitation (photo de 2010).



Nous poursuivons à pied à travers le hameau de Bandeville en direction de Saint-Cyr sous Dourdan.


Nous admirons au passage certaines maisons .Celle-ci est magnifiquement ornée par l'automne!


Nous gagnons Saint-Cyr sous Dourdan où nous attend l'ensemble monumental formé par l'église et la ferme fortifiée des Tourelles.


La ferme des Tourelles (XIIIe-XVIe siécle) a été classée monument historique en 1975. Il s'agit en fait d'une ferme-manoir, une maison seigneuriale qui d'après d'autres sources aurait été construite en 1610 et correspondant à l'ancien fief de la Tour St Cyr.


 

 Du 12 e siècle , l'église Saint-Cyr garde le clocher et le portail roman. Elle a été reconstruite en 1540-1547 par Thomas RAPPOUEL , seigneur de Bandeville, en style gothique flamboyant. Il y est enterré.

De Saint Cyr sous Dourdan à Levimpont.


Passée l'église de Saint-Cyr , nous suivons le cours de la Rémarde : une pause non loin d'un petit lavoir.


Nous arrivons bientôt à Levimpont , hameau de Saint-Cyr .



Le moulin de Levimpont : un de ces grands moulins du XIXe siècle , de type Bandeville.
Il serait devenu une exploitation agricole.
Aujourd'hui, cela semble être une résidence , et des chambres d'hôtes ont été créées sur une partie du site . 


Nous allons jusqu'au beau lavoir de Levimpont sur la Rémarde.


Jaja photographie le panneau éventré indiquant la rue du Moulin bleu (de Cécile Aubry). Il faut vraiment connaître le coin pour trouver cette rue à présent!



Au n°6, on découvre le Moulin bleu , rénové en 1900, puis transformé par Cécile Aubry, la créatrice de la fameuse série télé "Belle et Sébastien" en une jolie propriété. Ce fut jusqu'à sa mort en 2007 la résidence de la réalisatrice , que son fils Mehdi , le jeune héros de la série, maintenant quinquagénaire, occupe encore.


Le nom de Cécile Aubry figure encore sur la boîte aux lettres , et bien sûr celui de son fils.
  
De Levimpont au Val Saint-Germain.


Depuis Levimpont , un chemin longe à nouveau des champs.


Au passage , la couleur de ce champ nous a étonnés.


Nous voici au Val Saint-Germain : au passage , nous jetons un coup d'œil à une ancienne maison de maître récemment rénovée dont le parc est devenu en partie un jardin public. Des activités de la ville s'y déroulent.


En route pour découvrir un joli coin derrière l'église.


Découverte du joli lavoir.


Allons voir au fond de cette belle allée d'arbres...


Dans un beau cadre automnal ,voici la fontaine Sainte Julienne , une source en fait.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, le culte de sainte Julienne de Nicomédie a donné naissance à un pèlerinage très populaire. Cette sainte était censée guérir de la peste du choléra et de diverses autres maladies. Chaque année, pendant la semaine de la Pentecôte, des centaines de pèlerins venus des paroisses environnantes venaient au Val-Saint-Germain pour offrir des souches de cierges. C'était des sortes de chandeliers en marbre, en bois, en métal finement travaillés ou taillés de façon grossière. Il n'en reste qu'une centaine que l'on peut aussi admirer dans l'église. Après leurs dévotions les pèlerins se rendaient à la fontaine Sainte-Julienne . (Wikipédia).


Mais que cherchent-ils à voir au fond de cette sorte de niche ?


C'était donc ça! Au fond de l'édicule , Sainte Julienne  en personne ! Il s'agit d'un buste en bois polychrome , placé dans la niche pour le protéger. Il fallait de bons yeux pour le voir , ou le flash de Jaja !  Photo de Jaja.


Après cette découverte , nous quittons cet agréable endroit.


Retour vers l'église Saint-Germain.


De clocher et porche roman semble-t-il , avec des parties gothiques.


Le portail - photo de Jaja.


Curieux escalier menant à une porte étroite.


FIN DE LA RANDO.


(1) Sur le château du Plessis-Mornay et le protestantisme en Hurepoix , voir :

(2) Voir des images et des infos sur le château de Bandeville  sur :

(3) Sur la ferme des Tourelles et l'église de Saint-Cyr , voir :

(4) Sur Cécile Aubry à Saint-Cyr ,voir :