vendredi 11 juin 2021

DIMANCHE 6 JUIN: DECOUVERTE DU CHATEAU DE BY - MUSEE ROSA BONHEUR A 77-THOMERY.

 Plaisir à retrouver un certain nombre d'amis pour cette découverte du musée Rosa Bonheur visible au château de By où cette peintre animalière très célèbre en son temps a vécu. C'est la première sortie en intérieur du Hurepoix's Band depuis longtemps. Le fil de nos sorties n'a jamais été vraiment rompu puisqu' entretenu par des balades en petits groupes en extérieur à l'occasion des déconfinements, mais c'est la première sortie aussi en plus grand nombre. Le Hurepoix's Band semble avoir survécu au covid!

En effet, nous étions finalement 12. Les anciens du lycée Jean Jaurès de Chatenay-Malabry et leurs proches  étaient fidèles au poste: Dominique et son époux Jacques, Florence et son époux Claude, ainsi que Jacqueline et Sylvie, amies de Florence. Jeanine, ancienne collègue de maths avec qui j'ai partagé beaucoup d'aventures (voyages d'élèves), était venue aussi. Deux amies de la "bande à Jaja", Regine et Michèle alias Mimi, nous ont également rejoints .(Pensée pour Jaja Esquirol qui ne peut actuellement plus participer à nos sorties, malheureusement. Pensée aussi pour Marcelle, qui nous a quittés l'année dernière, et qui aurait été heureuse de faire cette visite). Enfin, deux de mes amies du parc Nord, Michèle d'Orsay (qui a aussi longtemps habité Chatenay) et son amie Liliane, des Ulis, étaient des nôtres.

De g à dr: Régine, Sylvie, Florence, Michèle d'Orsay, Liliane, Claude, Jeanine, Dominique, Jacques, Jacqueline, Mimi.
On a tombé le masque pour la photo.

N'oublions pas le GO. Photo: Claude.

UNE INTERESSANTE DECOUVERTE:

Intéressante découverte que ce château de By, qui abrite donc un musée privé consacré à la peintre animalière Rosa Bonheur ! Pour le visiter, il faut se rendre en Gâtinais, à Thomery, localité de Seine et Marne proche de Fontainebleau. Au XVe siècle existait ici un domaine seigneurial, appartenant à la famille de By, qui le gardera jusqu'à la Révolution.. Le château sera remanié au XVIIIe siècle.

La peintre animalière Rosa Bonheur (1822-1899), prise d'un envie de campagne et de nature, achète le domaine en 1859. Elle est alors au sommet de sa carrière et sa notoriété est internationale. C'est la vente pour 40 000 F de son tableau "Le marché aux chevaux" (actuellement au MMA de New York) qui lui permet de réaliser cet achat. C'est la première femme qui peut s'acheter un bien grâce au fruit de son travail. Elle y vivra jusqu'à sa mort. Après sa disparition, le château échoit à sa "fille d'adoption", la peintre américaine Anna Klumpke , qui aura l'idée tout de suite d'ouvrir l'atelier de Rosa Bonheur au public. Le domaine restera à ses descendants. Il est acquis en septembre 2017 par Katherine Brault, qui y crée en 2018 un musée consacré à la peintre animalère. C'est donc un domaine privé. Par ailleurs, une association des Amis de Rosa Bonheur, associée au château, met sur pied quelques actions. Elle cherche notamment à obtenir le classement du château, qui est déjà labellisé "Maison des Illustres".                                                   


Le château de By  vu de la cour: l'aile droite a été construite  en 1860  par l'architecte Jules Saulnier, dans un style néogothique,  pour y installer l' atelier de l'artiste, haut de plafond,vaste et lumineux. Un second atelier, dit "atelier d'hiver", est construit par la suite au 2e étage du château. Au dessus de l'atelier, côté rue, l'aile droite comporte un clocher qui donne l'heure, un cadeau de Rosa aux habitants.

Dans l'attente de la visite...

Katherine Brault nous accueille bientôt dans la cour.

LE MUSEE:

A l'intérieur, on visite l'atelier de Rosa Bonheur, resté en l'état depuis sa disparition, et rempli de souvenirs de l'artiste, ainsi que la "salle des études", qui réunit de nombreuses esquisses, dessins et gravures. 

La découverte de l'atelier a été le grand moment...

Haut, vaste, lumineux, rempli de souvenirs de l'artiste.


Dans l'atelier de l'artiste trône ce tableau d'Anna Klumpke représentant Rosa âgée, dans sa tenue de peintre (remarquons le port du pantalon, plus par commodité que dans un esprit revendicatif; à l'époque une femme n'avait pas le droit d'apparaître en public en pantalon; il lui a fallu pour pouvoir le faire un "certificat de travestissement" en bonne et due forme!). 
Rosa est une femme de petite taille (1,50 m), et de fort caractère... 
Un lion et une lionne, qu'elle avait eus petits, Sultan et Fatma, se promenaient familièrement dans son atelier. Sous le tableau, c'est Fatma !

Ce tableau d'Edouard Dubufe, représentant Rosa jeune, a été en fait terminé par elle: elle a de sa main remplacé le guéridon sur lequel elle était appuyée primitivement, et qui ne lui plaisait pas, par... une vache !

Les têtes naturalisées de "ses" animaux décorent ce mur de l'atelier...

Dans la salle des études, belle gravure représentant Sultan et Fatma adultes. Les lionceaux ont été élaborés à partir de ses dessins des deux lions jeunes.

Beau portrait de Sultan.

L'artiste  allait dans les bois, ou encore dans les foires aux bestiaux, pour trouver ses modèles.Elle voyageait même à l'étranger pour découvrir certaines races de bovins plus rares. 

Rendre le mouvement était sa préoccupation: ce tableau où l'on voit des vaches écossaises est caractéristique de ce point de vue.

On peut voir au cours de la visite de nombreux objets lui ayant appartenu: ses lunettes ici par exemple.

Que fait un costume d'indien dans cette vitrine? C'est un cadeau de Buffalo Bill, grand admirateur de l'artiste , venu le lui remettre à l'occasion de son passage en France pour y présenter son spectacle. C'est un costume de sioux un peu fantaisiste, un costume de spectacle!

Rosa Bonheur a eu d'autres visiteurs prestigieux: l'impératrice Eugénie, qui est venue lui remettre la légion d'honneur en 1865 ( elle fut la première femme à l'obtenir) , ou encore le président Sadi Carnot.

DANS LE PARC:
La visite du parc de 3 ha, adossé à la forêt de Fontainebleau, est intéressante et révèle des aspects surprenants de la personnalité de la maîtresse des lieux.

C'est parti pour la visite du parc!

  Nous apercevons d'abord successivement l'ancienne chapelle, à un angle de la propriété, puis un clapier et un joli poulailler. 

Le clapier et le poulailler.

On croise ensuite une de ces cabanes à raisin où l'on conservait les grappes de chasselas destinées à de riches parisiens ( ce coin du Gâtinais était un pays de vignes).

Une cabane à raisins typique de ce pays de vignes.

 On découvre ensuite un pavillon isolé au milieu des arbres du parc, le "pavillon des Muses".


Rosa Bonheur aimait aller peindre dans ce "pavillon des Muses", perdu dans le parc, en pleine nature, elle y était entourée de ses animaux. Des enclos  avaient été aménagés aux alentours pour certains d'entre eux, des abreuvoirs y avaient été creusés dont on voit encore la trace.
 L'artiste, dont tout le talent provenait de la Nature selon ses propres dires, mettait à égalité l'être humain et l'animal.Pour elle, les animaux ont une âme. Elle a aussi agi pour préserver la nature (telle partie de la forêt de Fontainebleau par exemple).

Ici l'emplacement d'un abreuvoir creusé pour les animaux.

L'arbre a grandi, et les fils de fer de l'enclos des bêtes qui l'entouraient y sont maintenant incrustés !


Nous découvrons aussi un "pas de tir" (qui sert à l'entraînement au tir - elle s'entraînait donc au tir!), construit avec les traverses d'une voie de chemin de fer que Rosa avait fait construire dans son parc pour tester un système de freinage de locomotive inventé par une de ses amies, qui n'avait pas été prise au sérieux par les autorités. Eh bien Rosa avait décidé de construire une voie ferrée pour le tester! Il y avait même une gare, encore visible dans le parc!

Nous voici au coeur du parc. Il n'y a même plus vraiment de chemin où avancer...

Dans le parc, un arbre âgé de 450 ans... Plus loin, l'"arbre de la Victoire" a été planté en 1918 alors qu'Anna Klumpke avait installé au château un hopital franco-américain.

Retour vers le château par l'allée d'honneur bordée d'arbres nouvellement plantés par la propriétaire.

Le château vu du parc.

A l'approche du château on remarque la serre, fabriquée dans les ateliers de Gustave Eiffel, et l'orangerie.


Repas, ou simplement boissons et gourmandises peuvent être savourés dans un lieu fort agréable, en particulier par beau temps. Le château comporte aussi des chambres d'hôtes. 
Actuellement, il est nécessaire de s'inscrire pour la visite.

Prendre le thé et manger de délicieux gâteaux, nos ami(e)s ne s'en sont pas privé dans ce cadre agréable...

Hein Michèle et Liliane?

UN PETIT PLUS:
le fameux tableau : "le marché aux Chevaux":
Cliquer sur l'image pour l'agrandir


Non seulement sa vente lui permit d'acheter le château de By, mais il valut  à l'artiste une renommée internationale. Il fut présenté à l'exposition universelle de 1855. Elle fut influencée pour le réaliser par une frise du Parthénon. Elle alla 2 fois par semaine pendant 18 mois au marché aux chevaux de Paris pour réaliser des études préparatoires.Son dernier acheteur américain en a fait don au Metropolitan Museum of Art de New York. D'autres tableaux de Rosa Bonheur se trouvent notamment au musée d'Orsay et au château de Fontainebleau.


EN SAVOIR PLUS sur Rosa Bonheur et sa carrière:
VOIR:





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire